Réduire la taille du texte Grossir la taille du texte

Le bilan 2013-2018 du syndicat

Le bilan 2013-2018, en chiffres…

Initié dès 2009, le 1er contrat territorial avait pour objectif de mettre en œuvre des actions de reconquête de l’état des cours d’eau et de lutte contre les pollutions diffuses.

Les actions de restauration des milieux aquatiques ont été portées par le SMAR Loir 28 et la fédération de pêche et de protection des milieux aquatiques d’Eure-et-Loir (FDPPMA28). Les actions de reconquête de la qualité des eaux du bassin versant de l’Ozanne étaient portées par la Chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir.

D’un montant prévisionnel initial de 6 359 816 €, le contrat territorial a été réajusté à 2 reprises lors de sa mise en œuvre afin de prendre en compte les capacités financières du syndicat et ses besoins humains. Ainsi, à son terme, le coût contractualisé était de 4 709 408 € dont 3 717 534 € réservés au volet « milieux aquatiques » du contrat territorial (CTMA).

Après 6 ans, l’heure est au bilan.

Les berges préservées

Pour préserver les berges et le lit des cours d’eau du colmatage lié au piétinement des bovins, 69 abreuvoirs ont été aménagés sur la durée du contrat pour un montant de 94 266 €. Ainsi, depuis la création du SMAR Loir 28 au 1er janvier 2012, 74 sites ont été restaurés.

La ripisylve restaurée

982 534 € ont été engagés pour restaurer la végétation de 144 km de rives. Les affluents du Loir sont particulièrement concernés. Pour autoriser ces travaux, 355 conventions ont été signées avec les propriétaires des terrains concernés. Certains propriétaires ont souhaité réaliser les travaux eux-mêmes : 34 km de rives ont ainsi été restaurées.

Le lit des cours d’eau renaturé

Le lit mineur des cours d’eau a été restauré sur 7 050 km. Les travaux ont été réalisés par le
SMAR Loir 28 (5 km) et la FDPPMA 28 (2 km).

222 455 € ont été consacrés à ces travaux afin de diversifier les écoulements et les habitats aquatiques, réhausser les lames d’eau l’été et améliorer l’autoépuration naturelle des eaux.

Les cours d’eau ont pu être renaturés par le SMAR Loir 28, grâce à l’accord préalable des
30 propriétaires concernés.

La continuité écologique

Les actions en faveur de la libre circulation des poissons et des sédiments ont été réalisées selon 2 axes :

1 – L’enlèvement des ouvrages dit « sauvages » : ouvrages non autorisés au titre de la loi sur l’eau et ne présentant plus d’usage. Ainsi, 23 ouvrages créant des obstacles ont été retirés des affluents du Loir : poteaux EDF, seuils en pierres, buses béton, etc.. Ces travaux permettent de diversifier les écoulements et les habitats accueillant la faune aquatique. Ces actions ont été réalisées pour la plupart en régie par les techniciens de rivières du syndicat. Seuls 4 ouvrages ont été retirés mécaniquement pour un montant total de 2 720 €.

2 – Une action dite « vitrine » réalisée à Romilly-sur-Aigre où la remise de la rivière dans son fond de vallée a permis de contourner l’ouvrage de l’ancienne scierie. Ces travaux d’envergure ont permis de restaurer le cours naturel de l’Aigre sur 600 ml pour un montant de travaux d’environ 435 000 €. La truite Fario peut maintenant circuler librement du moulin de Vétille à Bouche d’Aigre soit sur 2,5 km.

En résumé,

Sur 6 ans, environ 4 341 193 € ont été investis pour restaurer les cours d’eau, participant ainsi à l’amélioration de la qualité notre environnement et à la mise en valeur de la vallée du Loir. 94 % des dépenses prévues au contrat territorial ont été réalisées.

Au global, toutes natures de travaux confondues, 475 conventions ont été signées avec les propriétaires riverains des cours d’eau afin d’autoriser l’accès à leurs parcelles et d’entériner les aménagements prévus.

A lui seul, le SMAR Loir 28 a investit près de 2 millions d’euros en études et travaux pour améliorer la qualité de nos rivières.

photo_diaporama_02

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.